Les chenilles processionnaires : présentation et risques pour les chiens

Alors que le printemps commence à battre son plein, les chenilles processionnaires ont déjà entamé la descente des pins pour s’enfouir dans le sol : une période à risque pour les hommes et surtout pour les animaux, confrontés aux redoutables poils urticants de cet insecte.

Mais au fait, que sont les chenilles processionnaires ?

Les chenilles processionnaires du pin portent ce nom amusant car les papillons responsables de cette descendance choisissent chaque année le pin pour pondre leurs œufs. Leur nom est aussi dû à leur façon de se déplacer collées les unes derrière les autres lorsqu’elles quittent leur pin pour aller s’enfouir dans le sol afin de muer et de se transformer en papillon.

Or, c’est lorsqu’elles se déplacent qu’il y a le plus de risques que votre animal de compagnie ait un contact avec elles : la période allant de février à mai est donc critique, voir dangereuse pour nos amis les chiens qui, curieux de nature, sont intrigués par ce cortège de chenilles.

En effet, celles-ci représentent un danger à bien des égards pour nos fidèles compagnons. Les poils urticants de ces chenilles sont extrêmement venimeux. Ils se détachent lors d’un contact avec ce que la chenille prend pour un ennemi. Cela peut avoir de graves conséquences s’ils touchent la peau ou les muqueuses. Pour les êtres humains, ils provoquent des réactions allergiques aux niveaux de yeux, des rougeurs et des démangeaisons sur la peau et des difficultés respiratoires. Pour les chiens qui peuvent les lécher, voir les avaler, les lésions peuvent être beaucoup plus graves et irréversibles tant au niveau de la truffe que de la langue et de la mâchoire.

Certains symptômes doivent vous mettre la puce à l’oreille : inflammations, vomissements, salivation excessive, respiration difficile sont autant de symptômes qui doivent alerter les propriétaires de chiens.

Si votre chien a bien été en contact avec elles, il vous faudra rincer la gueule ou les pattes de votre chien avec de l’eau. Attention toutefois à ne pas vous faire mordre, la réaction avec le venin contenu dans les poils urticants est très douloureuse.

Si la situation vous semble critique : ne perdez une seconde et emmenez votre chien ou votre chat chez le vétérinaire : antibiotiques, anti-inflammatoires, antihistaminiques, pansements gastriques, et parfois même chirurgie. Selon la gravité de la situation, plusieurs traitements sont possibles.

Enfin si vous souhaitez prévenir ce type d‘incident bien en amont, évitez les zones où vous voyez de nombreux cocons de soie dans les arbres lors de vos balades. Attention à ce titre, le vent peut faire tomber les cocons et les rendre facilement accessibles.



17 avenue Alexandre Dumas, 13008 Marseille

Prenez rendez-vous au 04 91 22 86 40